Entretien avec Janick Dupessey, directeur Grands Travaux, Icade Foncière Tertiaire qui revient sur la construction du siège de Veolia

Situé au cœur du Parc du Millénaire à Aubervilliers (93), dans une zone en plein développement, le siège de Veolia regroupera fin 2016 les pôles administratifs du Groupe sur 45 877 m².

Quatre questions à Janick Dupessey, directeur Grands Travaux, Icade Foncière Tertiaire.

Quels rapports avez-vous noué avec les filiales de VINCI Construction France à l’occasion de ce chantier ?

Pour réaliser ce nouveau siège social, VINCI Construction France a proposé des solutions économiques, pratiques et techniques respectant une haute qualité constructive dans un délai serré. Au sein d’Icade, nous travaillons régulièrement avec Bateg et CBC, des partenaires avec lesquels les relations sont fluides et constructives.

Avez-vous été marqué par des prouesses techniques spécifiques durant les travaux ?

Sans hésiter, ce sont les bétons qui font la singularité de ce chantier. Pour répondre aux exigences de l’architecte Dietmar Feichtinger et proposer une finition en béton brut apparent sur l’ensemble des espaces intérieurs, il a fallu des formules spécialement élaborées et des heures de mise en œuvre très délicate. Je sais le temps de réalisation, la patience pour le calepinage notamment, et le sens du détail des équipes qui ont mis au point un process maîtrisé et… sans cesse amélioré jusqu’à la fin des travaux. Des solutions techniques innovantes ont été trouvées au cœur du chantier, et les équipes ont su aussi s’adapter à l’environnement avoisinant pour le terrassement, en mettant en œuvre par exemple des tirants à base de fibre de verre.

A l’image du leader mondial des services collectifs liés à l’environnement, ce siège social est construit selon des performances de haute qualité environnementale…

Icade et VINCI Construction France savent construire des ensembles répondant aux dernières exigences environnementales. Le projet satisfait aux critères HQE® Excellent et BREEAM Very Good, a obtenu le label Biodiversity et s’inscrit dans la démarche Blue Fabric de VINCI Construction France. Sa conception permettra une réduction significative des consommations énergétiques par rapport aux exigences de la réglementation thermique 2012, et une gestion responsable de la consommation d’eau.

Quelles ont été les valeurs ajoutées des équipes sur ce chantier ?

Les standards de propreté, de sécurité et de prévention de VINCI Construction France sont élevés, et reconnaissons que cette opération a été exemplaire. Au-delà du bénéfice d’image pour tous les acteurs du chantier, les actions menées pour la sécurité et la bonne tenue du chantier permettent de diffuser les bonnes pratiques, enrichir la concertation entre les parties prenantes, sécuriser les usagers et améliorer la propreté des emprises.

« L’opération répond aux dernières exigences environnementales, mais le chantier est aussi exemplaire en termes de prévention et d’innovation. »

Entretien avec Dominique Helson qui nous raconte le chantier du Campus SFR

« Plus c’est complexe et plus c’est passionnant ! insiste Dominique Helson, directeur du projet. On se fait plaisir avec quelque chose qui n’est pas standard.
Mais nous n’avons eu que trois mois de préparation et même en amont, le planning du dossier a constamment été serré. Je n’ai jamais vu un projet qui va aussi vite, où l’on réalise 106 000 m² et 165 millions de travaux TCE en moins de deux ans pour la première tranche ! Les cadences sont en permanence au maximum de la saturation des grues et parfois même au-delà : on augmente les temps de grue disponibles pour chacun en faisant travailler certains corps d’état en horaire décalé y compris de nuit, par exemple les façadiers ou les étancheurs ou les VRD. »

L’exigence de la sécurité

180 personnes ont été très rapidement mobilisées pour le gros-œuvre de la première tranche. Ensuite plus de 800 personnes
tous corps d’état ont travaillé sur l’immense chantier, dont 350 pour VINCI Energies et ses filiales chargées de l’ensemble des réseaux.

« Tous les sous-traitants sont des poids lourds sélectionnés pour leur capacité et leurs moyens à traiter de telles
quantités dans des délais aussi courts, explique Dominique Helson. Non seulement nous analysons leur robustesse, mais nous répartissons les risques avec deux menuisiers, deux peintres, deux façadiers, etc. Par ailleurs nous nous
sommes appuyés sur plusieurs forces vives du Groupe, de Botte Fondations à Solétanche Bachy en passant par
Eurovia.
« Sur la sécurité, ajoute Dominique Helson, je suis un jusqu’au-boutiste intransigeant, en allant s’il le faut jusqu’à la sanction. Ici, la prévention est systématiquement
le premier point à l’ordre du jour de toutes les réunions et ceux qui opposent l’argument du délai à la sécurité ont tort : nous sommes des ingénieurs, notre métier c’est d’être ingénieux, de préparer, d’anticiper, de planifier, d’aller
dans le détail pour organiser le travail de l’être humain dans l’acte de bâtir.
Quand on y parvient, tout le monde sur le chantier a le sourire car non seulement on travaille en sécurité, mais on travaille aussi mieux et plus vite avec surtout une
meilleure ambiance. »

Portrait de Djamel Lihioul - Conducteur de travaux

À 38 ans, Djamel Lihioul est un bel exemple de réussite par l’insertion. Lorsqu’il quitte le lycée en 1995, un bac scientifique en poche, le jeune homme a un fort potentiel, mais pas de plan de carrière. Il commence des études de pharmacie, puis change de voie et entame un DUT en génie des télécommunications et réseaux qui lui permet d’entrer à France Télécom en tant que technicien.

Mais Djamel Lihioul a besoin de stabilité et décide de se réorienter vers un diplôme de dessinateur en bureau d’études dans le BTP.

Enfin en 2010, il passe ses certificats d’aptitude à la conduite en sécurité(Caces) et obtient un poste en intérim de conducteur d’engins.

Éligible aux dispositifs d’insertion, il trouve une formation de responsable de chantier.

Grâce à ViE, filiale du groupe VINCI dont la vocation est d’agir en faveur de l’insertion professionnelle, sa candidature est retenue par Bateg, mandataire du groupement à qui SFR a confié la construction de son siège à Saint-Denis (93).

L’entreprise Sicra lui offre alors un contrat de professionnalisation en alternance pour réaliser son diplôme de responsable de chantier BTP.

En avril 2014, il intègre Bateg, qui l’embauche en CDI.

Entretien avec José Domingues, chef de chantier BATEG, responsable Gros oeuvre de l'immeuble Fontenoy Ségur

« Ce projet est vraiment intéressant parce qu’il y a plusieurs chantiers dans le chantier, qu’il faut savoir gérer en même temps. Mon père était déjà dans le bâtiment, il était chef de chantier. Pour ma part, j’ai débuté à 16 ans comme manoeuvre, puis comme compagnon. J’en ai maintenant 39, dont vingt-deux années passées chez Bateg, et je suis toujours passionné par ce métier ! On construit, on sait qu’on sert à quelque chose, à loger des gens ou à faire que l’on vive mieux… Pour moi, c’est le plus beau métier du monde, avec un état d’esprit formidable : même s’il peut arriver d’échanger des mots un peu vifs à 8 heures du matin, on boira un café ensemble à midi. »

Partagez ce contenu

Votre message a été envoyé. Nous vous remercions d'avoir partagé un contenu du site de BATEG.

* Champs obligatoires